Réglementation : le contrôle technique sera plus complexe 15 Avril 2018

15 avril 2018

Depuis 1992, le contrôle technique est devenu obligatoire pour les véhicules légers à quatre roues en France. Ce printemps 2018, il subira un nouveau remaniement le 20 mai. Le contrôle technique s’avérera plus complet, plus sévère, et également plus onéreux.

Une nouvelle réglementation pour un contrôle plus complet

On passera notamment de 124 à 132 points à contrôler. Par ailleurs des vérifications plus en détails seront faites sur certains éléments, apportant une nuance plus large. Par exemple, l’usure des plaquettes pourra avoir trois constats au lieu de deux précédemment : une usure au-delà de la marque minimale, une usure jusqu’à cette marque et une usure en deçà.

Cependant, la contre-visite pourra être demandée si l’un des 610 défauts répertoriés est présent sur le véhicule. Actuellement, ce nombre est porté à 453, ce qui est correspond donc à une forte hausse :

  • 139 les défaillances mineures, qui sont susceptibles de n’avoir aucune incidence sur l'environnement ou la sécurité du véhicule ;
  • 342 les défaillances majeures, qui peuvent quant à elles impacter l’environnement, la sécurité du véhicule, mais aussi de la sécurité des autres usagers sur la route ;
  • 129 les défaillances critiques, qui correspondent à un danger immédiat ou imminent pour l’environnement et la sécurité routière.

Se préparer à son contrôle technique

Dans le cas où votre véhicule présente une défaillance, ce dernier est interdit de circulation. La carte grise est saisie et une étiquette est alors éditée puis collée sur votre pare-brise, pour vous autoriser à circuler jusqu’à minuit seulement. Vous avez alors jusqu’à deux mois pour faire réparer votre voiture et le ramener en contre-visite.

L’ennui peut surtout survenir si le contrôle technique a lieu à une heure tardive, comme 18h ou 19h. Il serait alors plus difficile de trouver un professionnel disponible avant sa fermeture. Dans la pire des éventualités il faudra alors demander à un dépanneur de rapatrier votre véhicule chez un garagiste. Il est donc plus judicieux de prendre rendez-vous en matinée, pour éviter ce genre de désagrément.

Pour contrôler l’intégralité de ces nouveaux critères, les vérifications pourraient prendre jusqu’à 15 minutes de plus. L’examen pourrait dans ce cas durer jusqu’à 45 minutes au lieu de 30. De même le prix devrait augmenter de 15 à 20% en général. Il est également à noter que la contre-visite, devenant plus longue et fréquente, sera désormais payante et facturée entre 10 et 20 euros en moyenne.

L’absence de contrôle technique à jour sera toujours punie par une amende de 135 euros. Selon la rapidité du paiement, cette dernière peut être minorée à 90 € ou majorée à 375 €.

 

SOURCES :